Pages

3 févr. 2015

Devenons Slow Wear !







En voilà un titre tape à l'oeil, "devenons Slow Wear"... Euh oui, mais encore ? 

Voilà un moment que je voulais aborder ce sujet sur mon blog car c'est quelque chose qui me tient à
coeur et qui plus est, fait partie de mes fameuses résolutions de 2015 mais aussi de mes aspirations sur le long terme. 

Avant toute chose, commençons par le commencement. Le Slow Wear (aussi appelé Slow  Fashion) est un mouvement qui a vu le jour assez récemment et qui fait écho au Slow Food, une pratique née dans les années 80 en Italie voulant s'opposer au Fast Food. Concrètement, pour ce qui est du Slow Food, le but était de promouvoir un mode de consommation plus responsable où l'on mange "bon" et "juste", c'est à dire plus de plats traditionnels qu'industriels. 
Et depuis le Slow Food, une multitude d'autres mouvements appelés "Slow quelque chose" se sont développés (slow cosmétique, slow travel et j'en passe). Si on le transpose du côté de la mode, le Slow Wear c'est acheter "beau" et "juste". Le but est de modifier sa consommation de vêtements et d'en finir avec nos frénésies (inutiles) d'achat : oui vous savez quand vous rentrez dans H&M ou Forever 21 et que vous ressortez avec 46 hauts, 12 leggings et 18 colliers !

Avec le Slow Wear, le but est d'acheter des choses plus durables mais aussi plus responsables c'est à dire fabriquées avec des matières naturelles, écologiques ou biologiques mais aussi de façon locale ou privilégiant le commerce équitable notamment. 
Ici on ne parle pas d'un effet de mode ou de quelque chose de "marketing" on parle plutôt d'une philosophie de vie. Un peu comme si vous deveniez, en quelque sorte, "végétarien(ne) de la mode" ; on aime la mode mais pas n'importe quelle mode et on ne consomme pas tout. 
Je pense que ce type de consommation représente l'avenir et si tout le monde y pensait un peu, beaucoup de choses changeraient. Mais tout de suite on entend les mauvaises langues : "oui ok c'est bien beau tout ça mais moi j'aime la Mode et je ne veux pas ressembler à un sac poubelle !", "les vêtements bio et compagnie c'est tellement moins 'chic' et tellement laids !" 
Détrompez-vous on peut bien s'habiller (j'entends avoir du style après les questions de goûts c'est une autre affaire) et être Slow Wear. Voici quelques un de mes conseils.





Je pense que la première étape de ce "pèlerinage" est le tri dans son dressing. Ouvrez votre armoire et posez-vous la question : " depuis combien de temps je n'ai pas porté ce truc ?" Si la réponse surpasse 1 an, pas de doute cette pièce n'a plus rien à faire dans votre armoire si ce n'est y prendre de la place et monopoliser un cintre.

Une fois le tri terminé, on fait de beaux sacs et là deux choix s'offrent à vous : donner vos vêtements à des amis, à des associations ou bien faire une petite braderie ; vous pouvez les vendre sur internet ou organiser une petite vente collective avec vos amis ! 





On achète moins mais de meilleure qualité ...


En effet, au lieu de s'acheter de façon compulsive 6 pulls ou 4 pantalons chez Zara dans des coloris différents, on s'achète 1 ou 2 articles mais qui seront (généralement) mieux coupés et, qui plus est, seront beaucoup plus originaux ; car on sait toutes que pour ce pantalon H&M dont nous avons fait l'acquisition, on croisera une bonne vingtaine de personnes qui auront le même. Donc bon point pour le "je me démarque !"

Puis, pour en avoir fait l'expérience, je ne fais pas de généralités, mais il faut quand même se le dire les vêtements de meilleure qualité durent quand même plus longtemps. Je pense que l'on a toutes  et tous vécue une fois (ou en tout cas pour beaucoup d'entre nous) ce pull Zara qui après un passage en machine à laver passe de la taille M au rayon 6 ans pour enfants, n'est-ce pas ? 



  On évite le made in China


Je sais que cette étape n'est pas évidente, car qu'est-ce qui aujourd'hui n'est pas made in China ?! Eh bien cela reste possible on peut encore trouver des articles qui n'exploitent pas les populations en Asie. Pour cela, on se tourne vers des créateurs locaux, ou nationaux voire même européens. On se renseigne aussi sur les pratiques de production. Effectivement, un t-shirt made in Canada n'est peut-être pas local mais vaut surement mieux que le made in Thaïland ... 

Oui je sais, cela est plus cher mais bon on en revient à l'étape précédente ; vous pouvez garder le même budget en achetant 1 au lieu de 5 pour ainsi éviter les entassements inutiles et les articles plein de poussière dans votre armoire ... Et puis profitez aussi de vos voyages pour acheter des choses fabriquées localement, non seulement vous serez fier(e)s de ramener ce beau bracelet artisanal mais celui-ci aura aussi beaucoup plus de valeur à vos yeux que vos bracelets (rouillés) Topshop !




                   Vive les essentiels !


Plutôt que de vous acheter cette robe violette avec laquelle vous ne savez même pas quelles chaussures porter, optez plutôt pour des valeurs sûres qui s'accorderont avec le max de choses que vous avez déjà et vous permettant alors de faire plusieurs tenues avec. Une fois que vous aurez fait le tri, vous ciblerez rapidement ces petites choses qui vous 'manquent'. Et souvent c'est aussi comme ça que l'on se construit un style. Nous n'avons pas tous les mêmes goûts donc c'est à vous de trouver vos propres basiques. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires !